Ouvrir l'école aux parents, de quelle manière ?

Les possibilités de faire entrer les parents à l’école sont variées que cela soit collectivement, à l’occasion de la réunion de rentrée, individuellement dans le cadre des rendez-vous "sur mesure" pour échanger sur le parcours de chaque enfant, sur l’évolution de ses apprentissages dans le cadre de "café-parent" ou encore d'opérations "portes ouvertes" organisées au plan départemental.

Les parents qui le souhaitent peuvent également s’engager dans la vie de l’école lorsqu’ils sont élus au conseil d’école, lorsqu’ils font partie de l’association des parents d’élèves…

Les enseignants de maternelle sont particulièrement attentifs à développer le rapport positif entre l’école et les parents en leur donnant à voir et à comprendre les enjeux et objectifs de la maternelle. Ainsi, ils leur proposent d’accompagner des sorties à la bibliothèque, à la piscine. Ils peuvent également, à l’occasion de Classes ou Portes ouvertes organisées régulièrement ou ponctuellement, les associer à un temps d’apprentissage en classe.

Exemples d'actions en Ille-et-Vilaine

Danser ensemble

Ainsi, en Ille-et-Vilaine dans la cour, rendez-vous est donné à tous les parents et enfants. Au son d’une musique choisie par l’équipe enseignante, tous sont invités à partager un morceau de danse en suivant les indications du meneur : le maître à danser.

Parents et enfants s’entraînent ainsi par exemple à la danse du Porter-tourner-déposer-marcher (prendre son enfant dans les bras, tourner sur soi-même, le déposer, se donner la main, marcher trois pas, recommencer), à la danse du faire-passer (déposer un sac de graines sur le pied, le passer sur celui de son enfant qui choisit une autre partie du corps pour le déposer à son tour.)… ou encore préparent les danses bretonnes dans la cour avant le grand bal usep !

 

Le café des parents

Le café des parents permet également aux parents, de partager un temps convivial au sein de l’école. Il peut être mis en place par un directeur, un enseignant ou par un animateur de la mairie, de la CAF…

Interview de Dominique Jézéquel , enseignante en TPS - PS à l'école Kériaden à Lannion

Pourquoi un café des parents dans votre école ? A quels besoins cela répond-t-il ?
L’école Kériaden accueille les enfants d’un quartier fragile socialement. Il nous a semblé essentiel de renforcer la dimension accueillante de l’école en instaurant un lien plus fort avec les parents de nos élèves, notamment ceux qui, chaque matin, déposent leur enfant à l’école sans s’attarder dans la classe, sans dialoguer, ni avec les enseignants, ni entre eux. 

Comment se déroule un café des parents ?
Un matin par semaine, les parents qui le souhaitent déposent leur enfant dans la classe à 8h30 et me rejoignent dans une salle pour un temps d’échanges autour d’un café. La conversation s’installe librement entre eux ; souvent, un sujet se dégage, chacun prend la parole à son rythme et selon son souhait.

Quels sont généralement les sujets abordés ?
Les échanges se portent naturellement sur le rôle de parent : il s’agit de partages d’expériences, de pratiques…  quand un parent évoque une difficulté, chacun essaye de faire avancer les choses, de rechercher des solutions.

Les parents présents sont-ils nombreux ?
Une dizaine de parents sur 60 familles sont généralement présents. Ce sont surtout des mères (parfois avec leur bébé !), mais il y a également quelques pères qui s’engagent dans les discussions. On constate un certain renouvellement des parents au fil des mois : par exemple, en fin d’année, ce sont beaucoup de parents de Grande section qui sont présents : ils expriment des inquiétudes sur le passage en CP. Les parents plus « expérimentés » répondent à leurs interrogations.

Comment percevez-vous votre rôle ?
Je me vois comme une animatrice de ce temps d'échange : je veille à ce que chacun puisse s’exprimer, je relance la discussion si cela est nécessaire. Je suis attentive à ce que le climat soit confiant et convivial.

Je peux aussi identifier un sujet qui pose question ou suscite l’intérêt et solliciter des partenaires pour organiser des temps un peu plus longs et centrés sur cette thématique. Par exemple, cette année, l’infirmière de PMI est venue animer un café sur la gestion des conflits dans la famille, une problématique qui revient souvent dans les discussions ; elle a apporté un éclairage particulier : Pourquoi y en a-t-il dans les familles ? Comment les gérer aux différents âges ?... Durant ces temps forts, j’ai choisi de ne pas être présente et de laisser les partenaires les conduire.

Pouvez-vous nous préciser sur quoi porteront les prochains « temps fort » ?
Dans le cadre du PRE, une animatrice de la ludothèque de la ville de Lannion et l’infirmière de PMI vont animer un temps autour du jeu ; des jeux seront présentés ainsi que la ludothèque. Ce sera une belle invitation à la fréquenter avec les enfants.

Certains cafés seront aussi dédiés à la connaissance des partenaires (CAF, mairie, PRE…). Ceux-ci pourront ainsi donner à voir les offres qui existent à proximité des familles en termes de service et de soutien à la parentalité.

En conclusion, quels constats faites-vous sur votre relation avec les parents d’élèves ? S’est-elle modifiée ?
La confiance s’est consolidée, le lien enseignant-parent s’est renforcé. Les parents viennent et échangent plus facilement avec moi et entre eux. Il m’arrive de les orienter vers  des professionnels qui pourront les guider…
Je mesure l’intérêt de ces moments pour faire « culture commune » autour de l’école.